26 C
Yaoundé
jeudi, avril 22, 2021
spot_img

Ça chauffe !

spot_img

De quoi ça parle : “Nyama” – Aveiro Djess (Cameroun)

C’est l’une des chansons phares de cette fin d’année 2020. « Nyama » du chanteur camerounais Aveiro Djess, parle à la jeunesse africaine et fait danser les mélomanes, fort de son message profond. La Wanda Team vous livre ce que veulent dirent les paroles du hit Made in Cameroun.

C’est un véritable tube que nous a offert Aveiro Djess. Il y a quelques jours déjà, le chanteur camerounais a lâché son titre « Nyama », qui raconte le désir ardent qu’ont les jeunes de gagner leur pain quotidien, en dépit de la nature de leur activité, et ce pour subvenir aux besoins des leurs. Et surtout qu’il ne faut pas avoir honte de son travail, dès lors qu’il est honnête, car c’est ce qui nourrit notre famille.

Mélangeant des mots en camfranglais et en français, Aveiro Djess assure qu’il ne veut pas rester dans la pauvreté, d’abord parce que personne n’aime ça.

Nous tous on fala le nyama, le nyama

Personne ne yamo le nguémé, le nguémé

(Nous tous on cherche l’argent/à manger,

Personne n’aime être foiré/la pauvreté), chante-t-il d’entrée de jeu.

Si très souvent ceux qui ne travaillent pas dans « des bureaux » mais qui exercent dans le commerce informel sont stigmatisés dans la société, Aveiro Djess défend ces derniers : ce qui compte, c’est la raison pour laquelle on se bat.

Ça fait quoi si je vends les chaussures à Mokolo ? (ou au marché Nkol-oloun)

(Ce sont des marchés très populaires de Yaoundé et Douala.)

Tant que je nourris ma famille éeeh ça va !

Mais ça fait quoi si je fais la brouette à Mvog-ada (ou marché Ndokoti)

(Quartiers populaires de Yaoundé et Douala.)

Tant que je soigne ma mère eh, c’est bon !

Et Aveiro Djess d’expliquer comment le monde du travail s’est refusé à lui :

Avec mes diplômes eh eh

J’ai marché partout pour le work éeeeh

J’ai déposé mes dossiers lé lé lé lé         

Mais personne ne m’a rappelé, rappelé…

Après avoir posé son refrain, Aveiro fustige ensuite ceux qui parlent toujours dans le dos des personnes qui ont réussi, sans connaître les galères par lesquelles elles sont passées. Il prend notamment l’exemple d’une fille qu’on accuse vendre le piment (se prostituer) parce qu’elle a une belle voiture, preuve de sa réussite :

Tu dis que l’école l’a dépassée

Pourtant elle a dû endurer

Que sa mère ne puisse pas payer la pension tous les trimestres

Malgré ça elle n’a pas lâché

Même si les gens se sont moqués

Elle a dû s’enfuir de son quartier

Pour évoluer tout doucement

Maintenant tu dis qu’elle vend le piment (elle vend le piment oh)

Est-ce que tu l’as vue là-bas (est-ce que tu l’as vue là-bas éeh)

Il y a même quoi avec le nom des gens

(Il y a même quoi avec le nom des gens)

En tout cas on vous connaît déjà eéh…

Aveiro Djess dédie sa chanson à tous ceux qui se battent nuit et jour pour trouver leur pain quotidien, ceux qui sortent très tôt et qui rentrent très tard pour leurs familles et pour eux-mêmes, c’est ceux là qu’il appelle les Warmans ou les Mbangandos (Personnes capables d’exercer les métiers les plus difficiles pour gagner de l’argent). Il ne manque d’ailleurs pas de citer quelques corps de métier vers la fin de son hit.

Dédicace spéciale aux taximans éeeh

Et les bensikineurs éeeh,

Et les apacheurs éeeh,

((Ce sont des personnes qui accostent et invitent des clients potentiels à acheter de la marchandise dans des marchés.)

Ne baisse jamais les bras même si tu tchop le gari

(Semoule de manioc connue sous le nom de Tapioca ou “Sauveur”, plus communément. C’est un plat que l’on mange généralement au Cameroun quand les temps sont durs par peu coûteux.)

La vie c’est le match Coton-Canon au Mali

(C’est l’un des derbys les plus chauds bouillants du championnat de football camerounais.)

Ils disent que devant le derrière peut ralentir…

Et de conclure avec un message fort :

Si je fais ce morceau,

C’est pour tous mes mbagandos

Tous ceux qui se battent dans la vie

Ne lâchez jamais rien

J’ai traversé tellement de moments difficiles dans ma vie

Aujourd’hui je suis là

Et je me battrai toujours pour vous donner de la force

C’est grâce à vous et grâce à Dieu tout puissant

Dédicace spéciale à toute mon équipe

On est ensemble comme jamais

Je suis déjà là, c’est calmement, je suis au calme.

Au final, « Nyama » d’Aveiro Djess est « une musique à la fois libératrice et motivatrice  qui rappelle que nous devons nous libérer de la prison qu’est la honte et le complexe du métier duquel découle nos revenus », fait-il savoir. « Aussi petit, salissant, parfois humiliant et même difficile, nous devons en être fiers ».

Ambiancez-vous sur le clip bas.

C.B.

Les derniers articles

Les derniers articles

Aller à la barre d’outils