26 C
Yaoundé
lundi, mars 4, 2024

Ça chauffe !

Portrait : Qui était Anne Zingha, reine du Ndongo et du Matamba ?

Wanda People, à l’occasion de la journée internationale de la femme, la Wanda Team dresse les portraits des Reines Africaines qui ont marqué l’histoire. Nous vous amenons aujourd’hui à la découverte d’Anne Zingha, reine du Ndongo et du Matamba, actuel Angola.

Découvrez la Reine Pokou

L’histoire d’Anne Zingha prend place au XVIIe siècle. C’est une icône africaine de la résistance à l’impérialisme européen. Grâce à son combat, elle est parvenue à éviter la colonisation de son pays.

À la mort de son père, le roi du Ndongo Ngola Mbandi Kiluanji en 1617, le frère d’Anne Zingha, Ngola Mbandi, le remplace à la tête du royaume. Moins charismatique que son père et moins intelligent que sa sœur, c’est elle qu’il envoie en 1622 à Luanda, en émissaire, afin de négocier un traité de paix avec le gouverneur du Portugal. Lors de cet entretien, Anne Zingha s’impose comme une redoutable négociatrice et diplomate.

Deux ans plus tard, son frère décède. Anne Zingha prend le pouvoir et devient reine. Ses tactiques guerrières et d’espionnage, ses qualités de diplomate, ses jeux d’alliances stratégiques ainsi que sa connaissance des enjeux commerciaux et religieux lui permettent de faire résister les royaumes du Ndongo et du Matamba aux velléités coloniales des Portugais et des Néerlandais, jusqu’à sa mort en 1663.

Redoutable stratège et diplomate, l’ensemble de son règne a consisté à préserver l’intégrité territoriale de son royaume, par la négociation avec les Portugais. Anna Zingha envoyait régulièrement des espions à Luanda étudier l’entraînement des troupes portugaises, afin de préparer son armée aux combats. Elle les a repoussées en menant une armée composée de femmes et et en ralliant d’autres royaumes à sa lutte. Sa propre sœur sera sa l’une de ses principales espionnes.

Face aux combats sanglants, elle accepte un cessez-le-feu et ratifie un traité de paix en 1635. C’est elle qui mène la discussion avec le vice-roi du Portugal, Don Joao Correira Da Souza à Luanda. Grâce à son sens de la répartie, elle obtint le recul des troupes et le respect de sa souveraineté sur tout son territoire.

Anne Zingha était une femme instruite et cultivée. En plus de sa langue maternelle, elle parlait portugais, atout de taille pour traiter avec ses adversaires. Elle connaissait également l’histoire et les populations portugaises, ce qui lui permettait de s’adapter aux situations de négociation avec une connaissance parfaite des enjeux.

Son souvenir a inspiré de grandes figures de la résistance du parti Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA), comme Deolinda Rodrigues, Iena Engracia ou encore Vastok Inga. Son exemple a également marqué la société angolaise, où les femmes sont relativement bien représentées dans l’armée, la police, au gouvernement, et dans les secteurs publics et privés angolais.

Comment ne pas s’en inspirer Wanda People ?

C.B.

Les derniers articles

Les derniers articles

Aller à la barre d’outils