26 C
Yaoundé
samedi, octobre 23, 2021

Ça chauffe !

Le film camerounais « The Fisherman’s Diary » présélectionné pour une nomination aux Oscars 2021

Wanda People, l’industrie cinématographique camerounaise a de quoi être fière. Une production made in 237, « The Fisherman’s Diary », a été présélectionnée par le Comité de Sélection des Oscars pour représenter le Cameroun – parmi de nombreux autres films africains et d’ailleurs – dans la catégorie « Meilleur film International » aux Oscars 2021 !

Produit par l’acteur camerounais émérite Kang Quitus et réalisé par Enow Johnscott, « The Fisherman’s Diary » continue d’écrire son histoire. Le film qui met en vedette certains des meilleurs acteurs, actrices et stars de la musique à travers l’Afrique à l’instar de Ramsey Nouah, Kang Quintus en personne, Faith Fidel, la chanteuse Daphne ou encore Ewube qui a signé la chanson ‘Abeg’ sur la bande originale, est en présélection pour une nomination à la plus prestigieuse cérémonie de récompense cinématographique du monde.

En effet, le film qui s’était déjà distingué il y a peu de temps à la cérémonie des Ecrans Noirs, représentera le Cameroun pour une éventuelle nomination aux Oscars 2021. Un accomplissement qui témoigne du renouveau du cinéma camerounais et dont on félicite les acteurs.

Comme à l’accoutumé, au final, seuls 5 films seront effectivement nommés par l’Académie des Oscars dans cette catégorie. The Fisherman’s Diary n’est donc pas encore nominé à proprement dit et pourrait être recalé comme l’avait malheureusement été LionHeart de Genevieve Nnaji l’année dernière. Les nominations devraient être annoncées le 15 mars 2021. Selon le nouveau calendrier, les votes préliminaires devraient avoir lieu du 1er au 5 février. La shortlist des Oscars sera ensuite annoncée le 9 février et le scrutin pour les nominations se tiendra du 5 au 10 mars.

Liste de quelques films présélectionnés par pays

Pour rappel, le film raconte l’histoire d’une jeune fille de 12 ans, Ekah (Faith Fidel), qui s’inspire de l’histoire de la plus jeune prix Nobel Peace, Malala Yousafzai. Elle est déterminée à aller à l’école dans un village de pêcheurs où l’éducation d’une fillette est considérée comme un tabou. Sa volonté ardente et sa détermination à briser ce vieil adage l’ont entraînée dans l’expérience passée de son père –Solomon (Kang Quintus) avec l’éducation des filles.

À noter qu’il s’agit du 2e film camerounais à atteindre cette marche, après « Notre fille » de Daniel Kamwa, en 1980.

Wanda Peeps, le cinéma camerounais augure sans aucun doute des lendemains prometteurs. Souhaitons bonne chance à « The Fisherman’s Diary » dans cette compétition ô combien disputée.

On croise les doigts ooooh !

C.B.

Les derniers articles

Les derniers articles

Aller à la barre d’outils